Interview de Tanguy durant sa préparation aux jeux paralympiques

Interview de Tanguy durant sa préparation aux jeux paralympiques

Tanguy, tu vas représenter la France aux prochains jeux paralympiques qui auront lieu à Rio en Septembre prochain.

Quel est ton état d’esprit à la veille de ces jeux ?

J’ai hâte d’y être !

Avec l’Equipe de France de Tir Sportif Handisport, nous sommes rentrés dans la phase finale de notre préparation et les 4 tireurs qui représentent notre discipline sont prêts à en découdre.


Peux-tu nous en dire plus sur ta discipline, le tir à la carabine?

A Rio, je concourrai pour 2 compétitions distinctes :

-          Le tir position « debout » qui est ma discipline de prédilection.

-          Le tir position « couché » avec les coudes posés sur une tablette.

La compétition se déroule en 2 temps pour les compétiteurs (environ 30) : un match de qualification avec 60 tirs puis une finale dans la foulée où se retrouveront les 8 premiers qualifiés. Cette finale fonctionne par élimination directe, c’est-à-dire qu’au 8ème plomb, on élimine le 8ème, puis tous les deux plombs on élimine la place suivante jusqu’à ce qu’il reste deux compétiteurs pour le titre.


Le mental est très important dans le tir, comment t’es-tu préparé mentalement durant cette année?

Le plus important dans cette discipline c’est effectivement le mental, la gestion du stress et la précision. Depuis 1 an, une fois par mois, je travaille et échange avec un psychologue du sport de l’INSEP (Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance).

De plus, toutes les deux semaines, je consulte un sophrologue avec lequel je fais des exercices de respiration et de concentration afin de réduire le rythme cardiaque et ainsi le « bougé ». Ceci afin d’être opérationnel avec le moins de stress possible lors des épreuves.

Pour ma part, j’aime la pression et le stress, surtout lorsque celui-ci est maitrisé


Tu as manqué de peu le podium aux jeux de Londres en finissant 5ème. L’heure de la revanche a sonné, la médaille d’or te semble-t-elle accessible ?

Oui effectivement, grosse déception aux derniers jeux…Mais je ne parlerais pas de revanche mais plutôt de volonté et d’envie d’atteindre mon objectif. Londres c’est désormais du passé. Je passe à autre chose avec Rio.

Je vise à minima le podium mais il faut savoir qu’entre la 1ère et la 10ème place mondiale, il y a très peu de différence. Le 1er peut terminer 10ème, et réciproquement, ce qui fait la particularité du tir. Cela se joue à très peu de choses.

Mes résultats de l’année sont plutôt positifs avec notamment une victoire en Coupe du Monde remportée en janvier aux Emirats Arabes Unis. Ce qui est certain, c’est que j’ai la capacité d’aller chercher l’or paralympique.


Ce sera ta 4ème participation à des jeux paralympiques après Athènes, Pékin et Londres. La motivation est-elle toujours aussi grande ?

Après Londres, j’ai arrêté ma carrière de haut niveau. Finalement, après plus d’un an sans reprendre le tir, je sentais qu’il me manquait quelque chose. La passion du haut niveau, se faire mal en s’entrainant, faire attention au niveau nutritionnel… tout cela me plait. C’est pourquoi j’ai décidé de reprendre début 2014 la compétition.

Je dirais même que ma motivation grandit au fil des années.


Penses-tu que Rio seront tes derniers jeux ou te vois-tu continuer encore plusieurs années ?

Contrairement à Londres où j’avais décidé d’arrêter juste après quel que soit le résultat, aujourd’hui je n’ai pris aucune décision, que je gagne ou pas.


En parallèle de ta carrière de sportif de haut niveau, tu es entrepreneur chez Home Diffusion et Défi RH (cabinet de recrutement spécialisé dans l’embauche de travailleurs handicapés), comment penses-tu t’organiser pendant cette période de jeux ?

Je suis détaché de mon poste 4 mois dans l’année dans le cadre d’un CIP, accord tripartite ente le Ministère des Sports, la Fédération Française Handisport et mon entreprise. Ces 4 mois me servent pour les entrainements et les compétitions de l’année.

En parallèle, j’ai la chance de pouvoir compter sur des collaborateurs autonomes dans leurs fonctions, qui sont habitués à mes déplacements et ma gestion de loin. En terme d’organisation, il faut savoir travailler en binômes et maîtriser parfaitement tous les dossiers pour être le plus réactif possible.


As-tu un porte-bonheur qui t’accompagne lors de tes compétitions ou un petit rituel ?

Je n’ai pas de porte bonheur ou de rituel en particulier, je dirais que j’ai un ensemble d’habitudes. Par exemple, je ne prends jamais de repas dans les 12h précédant une compétition.

J’ai créé des automatismes avant chaque compétition depuis des années pour être le plus performant possible.


Un dernier mot ?

Je suis vraiment heureux d’être soutenu par mes collaborateurs mais aussi mes clients qui m’envoient très régulièrement des messages de soutien et d’encouragements, c’est très motivant et cela me permet d’être serein dans ma préparation.

Je remercie pour finir Home Diffusion et Défi RH que je considère comme mes 1er partenaires

 

Merci Tanguy,

Nous te suivrons et t’encouragerons fortement durant ces jeux !

 

Home Diffusion – 20/07/16